Visa de long séjour

 

Pour tout séjour en France d’une durée supérieure à 90 jours, vous devez obtenir au préalable un visa de long séjour si votre nationalité ne vous en dispense pas.

Quelle que soit la durée du séjour que vous envisagez, le visa de long séjour a une durée limitée comprise entre 3 mois et un an. Vous devrez solliciter un titre de séjour en préfecture pour poursuivre votre séjour au-delà de la durée de validité du visa.

Pendant sa durée de validité, le visa de long séjour est équivalent à un visa Schengen vous permettant de circuler et séjourner dans l’espace Schengen hors de France, pour des périodes maximales de 90 jours sur toute période de 180 jours, dans les mêmes conditions que si vous étiez titulaire d’un visa Schengen.

Les visas de long séjour pour les territoires européens de la France


Les différentes catégories de visas de long séjour

Vérifiez préalablement que votre nationalité ou votre situation de séjour en France ne vous dispense pas de la demande d’un visa (assistant visa) et informez-vous sur les conditions de délivrance d’un visa qui vous permettra de :

Pour chacun de ces motifs, vous devrez joindre à votre demande des justificatifs spécifiques et suivre des procédures adaptées.


Séjour inférieur à 6 mois

Si vous prévoyez de ne pas séjourner plus de 6 mois, il vous sera délivré, si vous remplissez les conditions, un visa de long séjour temporaire (VLST). Il ne pourra pas être prolongé, sauf circonstances exceptionnelles.

Ce visa ne vous permettra pas de bénéficier de prestations sociales pendant votre séjour.

Vous aurez ensuite à accomplir des démarches administratives après votre arrivée en France.


Séjour supérieur à 6 mois

Si la durée de votre séjour dépasse 6 mois, il vous sera délivré un visa correspondant au titre de séjour applicable au motif de votre installation ou voyage en France :

  • Le visa de long séjour portant la mention « carte de séjour à solliciter dans les 2 mois suivant l’arrivée », si le motif de votre séjour permet la délivrance d’une carte de séjour pluriannuelle ;
  • Le visa de long séjour valant titre de séjour, d’une durée de validité de 4 mois à un an, si le motif de votre séjour ne donne droit qu’à une carte de séjour temporaire d’un an.

Vous aurez ensuite à accomplir des démarches administratives après votre arrivée en France.


Visas spécifiques à certains cas particuliers

Certains cas particuliers bénéficient de visas spécifiques :

  • En cas de réussite à une épreuve ou d'un entretien favorable à la validation d’une inscription dans le cadre d’un visa de court séjour portant la mention « étudiant-concours », vous pourrez solliciter en préfecture un titre de séjour étudiant ;
  • En tant que bénéficiaire d’un visa portant la mention « mineur scolarisé »  pour suivre une scolarité ou des études supérieures, vous pourrez séjournez 11 mois en France. L'autorisation est renouvelable pendant la durée de vos études ;
  • En tant que bénéficiaire d’un visa de long séjour portant la mention « vacances-travail » ;
  • En tant que membre de famille de ressortissant d’un Etat de l’Union Européenne ou de l’Espace Economique Européen ou de la Suisse soumis et bénéficiaire d’un visa de court séjour qui vous permettra de déposer en préfecture une demande de titre de séjour à votre arrivée en France.

Dans quels cas le long séjour est autorisé sans visa ?

Les ressortissants de l’Union Européenne, de l’Espace Economique Européen, de Suisse, de Monaco, d'Andorre, de Saint-Marin et du Saint-Siège peuvent séjourner plus de 90 jours sans visa dans le territoire européen de la France.


Les visas de long séjour pour les territoires non européens de la France

La plupart des nationalités sont soumises à l’obligation de visa de long séjour pour résider plus de 90 jours dans ces territoires, à l’exception :

  • Des ressortissants de l’Union Européenne, de Monaco et d’Andorre, pour tous les territoires.
  • Des ressortissants de l’Espace Economique Européen (EEE) et de la Suisse, sauf pour la Polynésie française, la Nouvelle-Calédonie, Wallis-et-Futuna ainsi que les terres australes et antarctiques françaises (TAAF).

Mise à jour : Décembre 2018